Actuellement en post diplôme aux arts décoratifs de Paris, Mathieu Mermillon (avec un seul "t" s'il vous plaît) a débuté son parcours artistique avec un diplôme national d’arts et techniques (DNAT) option design graphique à Valence, pour ensuite intégrer l'école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en communication graphique.
Il a particulièrement apprécié certains aspects de l'enseignement de Pierre di Sciullo ainsi que les cours de Pierre Roesch à l'Ésad. Ce dernier lui a permis de rencontrer Lucas de Groot, typographe dont le travail lui est cher.
Son attrait tout particulier pour la thématique de la typographie, au regard de sa participation au workshop de Pierre Di Sciullo "Écrire en grand" et de son projet de DNSEP à l'Ésad sur l'italique, le caractérise.
Nous abordons entre autres dans l'interview sa vision du graphisme, sa relation avec le commanditaire et le type de projet qu'il souhaiterait se voir confier.

Pour le contacter: contact(at)mathieu-mermillon.fr

L'interview est disponible dans la sidebar sur la droite. Vos avis m'intéressent, n'hésitez pas à poster des commentaires.

Son site personnel : ici.

>>L'Aldine / Projet du D.N.S.E.P à l’Ésad de Strasbourg / 2007
- « Pour un italique » rassemble deux parties. La première est une analyse typo-morphologique des italiques, pour mieux en comprendre ses caractéristiques. La deuxième présente ma production typographique : l’Aldine, un italique droit.

Avec le projet Aldine, j’ai souhaité redonner à l’italique une nature autonome. Reliant la perte de son indépendance à l’innovation du concept d’un romain penché, j’ai souhaité supprimer le degré d’inclinaison de ma production typographique. Cette volonté de dessiner un italique droit mais cursif me permet de réaffirmer sa valeur esthétique pour du texte courant. L’italique, perçu comme parent pauvre de la typographie, est aujourd’hui peu et mal utilisé, souvent incompris. À travers mon travail, je tente d’opérer une réhabilitation : sans nier les vertus du romain, je défends un italique.

- Pour un italique / 2 exemplaires / Format in-octavo, 96 pages

>>> Lire et voir la suite